CYBORG ET TRANSHUMANISME

Publié le par alain laurent-faucon


C'est de la philosophe américaine Donna Haraway, auteur du Manifeste Cyborg, dont nous parle le philosophe Bruno Latour dans Libération. La journaliste Catherine Vincent évoque, dans le Monde, ces insectes hybrides, mi-biologiques mi-technologiques, qui sont créés dans les laboratoires de la recherche militaire et qui préfigurent peut-être ce que deviendra un jour notre propre espèce.


Quelques clefs


TRANSHUMANISME : Ce courant de pensée, dont le scientifique américain Ray Kurzweil représente la figure la plus populaire, estime que l'humanité est au début de la plus grande transformation de son histoire. Ses capacités physiologiques et intellectuelles vont être sublimées dans un avenir proche grâce à l'union de la génétique, de la robotique et des nanotechnologies. Selon cette vision utopique, la définition même de l'être humain va ainsi évoluer et s'enrichir.


À LIRE :

Humanité 2.0, la bible du changement, de Ray Kurzweil (2007). M21 Editions, 650 p., 29 euros.

Devenir hybride, de Bernard Andrieu (à paraître en juin). Presses universitaires de Nancy, 150 p., 15 euros.


REMARQUE : Quand les hommes de demain deviendront des cyborgs [1] et que les humanoïdes seront dotés de sentiments programmés, notamment d'empathie, alors nous serons bien obligés de repenser l'humain avec d'autres grilles et catégories mentales que celles que nous véhiculons sans cesse comme si l'humain n'était pas, à l'image de la nature (φυσις) et de l'univers vivant, à l'image aussi de toutes les « inventions » humaines (société, droit, économie, État, histoire, etc.), un processus permanent, en constantes métamorphoses, en perpétuel devenir, soumis à une part d'imprévisibilité qui conteste les déterminismes, et soumis également à cette « flèche du temps » [2] inscrite en lui et qui bouscule tout fixisme, enkystement et fermeture [3].

L'homme n'est jamais un déjà là, il est toujours un avoir à être, un ad-venir, un en train de se faire et de se dé-faire. Non seulement c'est sa puissance d'écart comme le rappelle souvent le philosophe Pierre Gire [4], c'est-à-dire sa capacité à dire non, à se mettre à distance des autres, de lui-même, de tous les pouvoirs en place, qui peut le définir [5] pleinement, mais c'est aussi son appartenance au monde vivant, et, par là-même, son processus existentiel entre un commencement (surgissement – naissance - métamorphose) et une finitude (disparition – mort - métamorphose), qui le caractérise également.

De la naissance à la mort, l'homme est si peu le même dans ses apparences comme dans ses façons d'être qu'il est bien obligé de faire appel à cette identité narrative, fort bien analysée par Paul Ricoeur [6], pour se définir, se présenter, ou plutôt se représenter, se dire et re-dire, se raconter, et, ainsi, s'inventer, s'interpréter, et préserver, et maintenir une unité, - son unité. Mais comment penser cette dernière, comment penser l'humain si ce n'est comme un ad-venir permanent inscrit dans l'histoire, entre un surgissement processuel (φυσεω) et une fin-métamorphose. Comment penser également l'humain si l'on oublie que ce qui peut se faire se fait ou se fera [7], et si l'on oublie que le possible peut se transformer en probable, inscrit qu'il est dans la logique du processus lui-même - lequel, à l'instar des sciences et des techniques, devient un nouvel « habiter » [8].


ALF


NOTES :


[1] Cyborgs : fusion de l'être organique et de la machine. « Au XXIe siècle, grâce à la science, l'espèce humaine pourra transformer son état physique, mental et sensoriel. Améliorer sa santé, augmenter ses capacités intellectuelles, allonger son espérance de vie. Pour le meilleur et pour le pire, "l'homme augmenté" est aux portes des sociétés industrielles. "Un sujet éthique, scientifique et économique majeur des années à venir", assure Daniel Kaplan, délégué général de la Fondation Internet nouvelle génération (FING) et animateur des Entretiens des civilisations numériques (Ci'num) qui se tenaient du 4 au 7 octobre à Margaux (Gironde) » - in le Monde, extrait de l'article de Claudia Courtois paru dans l'édition du 21.10.07.

[2] Cf. Ilya PRIGOGINE et ses divers travaux de nature philosophique et épistémologique inspirés par ses recherches en thermodynamique, et par sa célèbre théorie des systèmes dissipatifs. Citons notamment, en collaboration avec Isabelle Stengers, La nouvelle alliance, coll. « folio essais », éd. Gallimard, Paris, 1986.

[3] Cf. LEVINAS, in Totalité et infini, « Le temps ajoute du nouveau à l'être, de l'absolument nouveau ... Le temps est le non définitif du définitif, altérité toujours recommençante de l'accompli, le ''toujours'' de ce recommencement ... »

[4] Cours professés à l'Université Catholique de Lyon.

[5] Sans oublier aussi, à côté de cette puissance d'écart, le désir. Cf. Pierre GIRE, cours sur Plotin, et René GIRARD sur le désir mimétique. L'homme est essentiellement un être de désir et c'est cela aussi qui caractérise l'humain.

[6] Paul RICOEUR, Soi-même comme un autre, éd. Seuil, 1990, rééd. coll. « points essais », 1996. Voir notamment dans l'édition de « poche », celle de 1996, la cinquième étude : « L'identité personnelle et l'identité narrative », pp. 137-166, et la sixième étude : « Le soi et l'identité narrative », pp. 167-198.

[7] Ce qui peut se faire, se fait ou se fera, avec nous ou malgré nous. C'est l'une de ces lois non écrites et « inventées » – un peu comme cette « main invisible » d'Adam Smith - que tout historien et philosophe des sciences et des techniques découvre sur le temps long des hommes, des sociétés, et du monde. Sans cesse, cette loi, ou pseudo-loi, peu importe ce qu'il en est vraiment, est occultée, niée, tournée en ridicule. Comme si l'on refusait d'admettre qu'il y a des logiques structurelles et processuelles qui s'imposent à l'humanité, à son insu parfois.

[8] Cf. les analyses de Kostas AXELOS comme de Martin HEIDEGGER. Le philosophe Kostas Axelos, Vers la pensée planétaire (éditions de Minuit, Paris, 1964, pp. 16-17), a notamment écrit : « La technique tend dorénavant à prendre en charge tout ce qui est. Nous parlons en général d'elle en termes d'extériorité, sans oser comprendre qu'elle est le ressort intime de tout ce qui se fait, qu'elle informe jusqu'à, et y compris, notre intériorité chérie. On parle beaucoup de la technique, sans pour autant saisir son mode d'être saisissant le tout de l'être, et, avant qu'elle ne se soit suffisamment réalisée, on voudrait déjà la dépasser. C'est la technique qui prend dans son engrenage mythes et religions, poésie et littérature, art et politique, science et pensée ; sa rotation relie production et consommation. »







REVUE DE PRESSE




Donna Haraway approfondit le champ des possibles

 

Biologique. Découverte en France d’une scientifique féministe qui s’intéresse à la vie des singes, au déterminisme et aux cyborgs.

 

BRUNO LATOUR - LIBÉRATION : jeudi 8 novembre 2007


Donna Haraway n’a pas eu de chance avec les Français. Formée aux sciences, puis devenue historienne et professeure au Centre pour l’histoire de la conscience à l’université de Santa Cruz en Californie, elle a formé des dizaines de chercheurs dans ce domaine hybride qu’on appelle encore d’un mot anglais les science studies. Très célèbre aux Etats-Unis, elle attire, pour chaque conférence, des foules d’amateurs d’idées originales dans une vie universitaire devenue terriblement convenue.

Mais à chaque fois qu’on a voulu la traduire on s’est heurté à la difficulté de son style et à la dispersion apparente de ses centres d’intérêt : la vie des singes et de leurs primatologues, la science-fiction, la politique radicale aux Etats-Unis, la question du genre et de ses liens avec la vie des sciences, la biopolitique, la collaboration entre les espèces, le posthumain, les cyborgs, etc. C’est pourquoi on ne peut que se réjouir de voir six de ses articles enfin traduits, qui permettent de comprendre, en un sens, que Haraway n’a jamais vraiment poursuivi qu’un seul sujet : comprendre la biologie hors de tout réductionnisme biologique.

Chaudron de sorcière. Les articles réunis ici sont de deux types : trois portent sur l’histoire culturelle des sciences biologiques (et sur les problèmes de méthode que peut poser une telle histoire) et sont d’une facture tout à fait classique que reconnaîtront sans peine les amateurs des cultural studies. Ils montrent à merveille que le développement des sciences naturelles a toujours servi de chaudron de sorcière pour y mélanger bien d’autres ingrédients, l’empire et la race parmi bien d’autres.

Les trois autres portent sur la question clé de Donna Haraway : peut-on parvenir à réintéresser la gauche à la question de la vie, sans tomber aussitôt dans des versions simplificatrices de la nature ? Question triplement importante.

Pour les féministes d’abord. Haraway est en effet l’une des rares chercheuses qui ait pris sérieusement la biologie non pas pour montrer combien le devenir femme « échappait » à ses déterminations, mais, tout au contraire, pour montrer qu’il fallait d’abord libérer la biologie des conceptions trop étroites qu’elle se fait d’elle-même. En un sens, le projet de Donna Haraway est de toujours « biologiser » davantage le devenir-femme, à ceci près que la biologie dont elle dessine l’histoire ne ressemble en rien à cette destinée inéluctable dont il faudrait savoir s’extirper. D’où les difficultés de situer ses positions dans les traditions féministes françaises, qui se sont plutôt développées dans une relation de rejet à l’égard de toutes les prétentions biologiques assimilées à la « naturalisation ». Paradoxalement le biologique, pour Haraway, c’est l’antidestin.

Prothèses. Même chose avec la question épineuse des « cyborgs » introduits en philosophie par son Manifeste Cyborg et reproduit dans ce recueil. Pas plus qu’elle n’associe biologie et déterminisme, Donna Haraway ne se complaît dans une description « posthumaniste » des cyborgs. Elle ne cherche pas du tout – même si le vocabulaire déjà un peu daté peut le laisser croire par moments – à célébrer la confusion introduite par les prothèses dans les barrières entre l’humain et le mécanique. Ce qu’elle cherche à renouveler, une fois encore, c’est la notion même de mécanique.

Même chose dans son intérêt passionné pour la science-fiction, qui ne lui sert pas à développer une sorte de technophilie, mais, au contraire, à explorer de combien de façons possibles on peut enfin séparer les questions de technique et de nécessité. Plus on introduit d’artifices, plus on introduit de possibles. Et pourtant, troisième élément important à prendre en compte, sa célébration des possibles ne rend pas Haraway insensible au radicalisme politique. Mais, là encore, elle se méfie des automatismes.

Son personnage favori, c’est le Trickster, sorte d’Hermès qui fait bifurquer, au coin des rues, les habitudes les mieux établies. C’est ce qui a conduit Haraway, depuis une dizaine d’années, à une enquête étonnante dans l’analyse des attachements innombrables entre les humains et les chiens. Après les singes en effet (auxquels elle a consacré un livre important, Primate Visions), c’est en s’entraînant à sauter des obstacles avec son chien qu’elle affirme pouvoir renouveler les questions du vivre ensemble… Et, sous la plume de Donna Haraway, le mot « vivre » prend un sens qui n’est en rien familier, mais qui entraîne dans tous les méandres associés dorénavant à la biopolitique.

On voit qu’une auteure capable de prendre à contre-pied tellement de réflexes automatiques de la pensée méritait d’être traduite. Donna Haraway nous apprend qu’il y a bien d’autres tâches politiques que de chercher à s’échapper des mécanismes vivants, puisqu’il y a « beaucoup de demeures différentes dans le royaume de la vie ».




Les espions volants de demain


LE MONDE | Article paru dans l'édition du 25.05.08.

Dans les laboratoires de la recherche militaire, on crée des insectes hybrides, mi-biologiques mi-technologiques. Ces cyborgs préfigurent-ils ce que deviendra un jour notre propre espèce ?



Le "cyborg beetle"

DR

Le "cyborg beetle" conçu à l'université du Michigan, coiffé de sa pile lithium-ion et de sa puce électronique



Imaginez la scène. Allongé dans l'herbe par un bel après-midi d'été, vous savourez le spectacle d'un scarabée crapahutant paisiblement à portée de votre main. Sauf qu'à y regarder mieux, la bucolique créature présente quelques bizarreries. Au niveau des ailes, du dos, du cerveau, de petits fils électriques s'infiltrent sous sa carapace. Un objet métallique, deux fois gros comme sa tête, semble collé à l'arrière de celle-ci. L'insecte, vous le comprenez soudain, est un "cyborg" (diminutif de cyber organisme), fusion d'un être vivant et d'un équipement technologique. Un espion vivant, téléguidé par des implants reliés à son système nerveux.

Mauvais rêve ? Pas du tout. Le "Cyborg Beetle" existe bel et bien. Les chercheurs qui l'ont conçu à l'université du Michigan l'ont officiellement présenté durant la dernière conférence MEMS (Micro Electro Mechanical Systems), qui se tenait en janvier à Tucson (Arizona). Le coléoptère Dynastes tityus avait été doté : de trois électrodes, deux plongeant dans les muscles des ailes, la troisième dans le ganglion cérébral, à proximité des neurones contrôlant le vol ; d'un contrôleur électronique alimenté par une pile lithium-ion ; d'un stimulateur visuel composé de diodes électroluminescentes, placées grâce à un bras coudé devant les yeux de l'insecte afin de l'inciter à tourner vers la gauche ou vers la droite.

L'ensemble, pilotable à distance comme un modèle réduit, ne présente à l'heure actuelle qu'un défaut : sa taille - ou plutôt celle de sa technologie embarquée. Car le vrai cyborg-espion, en bonne logique, est celui qui ne se distingue pas d'un être normal. Et qui saura voler à cent mètres au-dessus de celui qui le contrôlera, et atterrir à moins de 5 mètres de sa cible... L'objectif, là encore, est loin d'être atteint : l'infortuné coléoptère, à ce jour, ne sait que voler en rond et en zigzag.

Il n'empêche : Cyborg Beetle existe. Et avec lui tout un bestiaire d'insectes robotisés, qui préfigurent les nouveaux espions que prépare dans ses laboratoires la recherche militaire. Car le scarabée n'est qu'un parmi les nombreux projets actuellement développés par l'Agence américaine pour les projets de recherche avancée de défense (Darpa), dans le cadre de son programme HI-MEMS (HI pour "Hybrid Insect").

Le but ultime : miniaturiser et internaliser dans un insecte volant la technologie nécessaire au parfait espion. Et fusionner ces "organes" électroniques avec ceux de l'animal en les insérant dès le stade de la chrysalide, de manière à ce que tissus biologiques et artificiels créent entre eux des connexions solides et stables. Une hybridation que l'on commence à maîtriser : à l'Institut Boyce Thompson d'Ithaca (Etat de New York), des sondes en plastique souple destinées à commander le vol ont été implantées dans des chrysalides de sphinx du tabac, une semaine avant la métamorphose des papillons. Lesquels sont nés avec leurs électrodes connectées sur le dos et les muscles des ailes, en parfait état de fonctionnement.

Une armée d'insectes transportera-t-elle un jour, à notre insu, caméras, poisons ou charges explosives ? Au-delà de cette perspective peu réjouissante, l'hybridation entre matières vivante et technologique pourrait bien, demain, concerner notre propre espèce.

A dire vrai, la transformation a déjà commencé. Pour ne prendre qu'un exemple : deux Américains gravement accidentés, Jesse Sullivan et Claudia Mitchell, sont équipés (depuis 2005 pour le premier, 2006 pour la seconde) de bras bioniques. Développée au Rehabilitation Institute de Chicago (RIC), leur prothèse est capable de capter les impulsions électromusculaires qui traduisent leur intention de mouvement, puis de transcrire ces contractions en commandes mécaniques. Donc, de transformer la pensée en gestes. Un bon exemple de ce que l'interface "cerveau-machine" sera capable de réaliser demain.

A quelle fin ? Selon la pensée "transhumaniste", très influente dans le monde anglo-saxon, les progrès de la technoscience doivent permettre l'amélioration de notre espèce même. Truffé de prothèses électroniques ou chimiques, branché en permanence sur des réseaux de contrôle sanitaire ou sécuritaire, l'homme futur, dans lequel des senseurs se substitueraient à nos sens et l'ordinateur à notre pensée autonome, marquerait ainsi une nouvelle étape de l'évolution : l'avènement du "Techno sapiens".

Un progrès par rapport à l'Homo sapiens ? Peut-être. Mais comment garantir que ce cyborg que nous deviendrons restera totalement maître des éléments qui composeront son corps "augmenté" ? Qui décidera du degré d'"amélioration" accordé à chacun ? Celle-ci sera-t-elle imposée dès l'enfance, voire dès la naissance ? Verra-t-on apparaître une société à deux vitesses, certains ayant les moyens de devenir cyborgs et d'autres non ?

"Au-delà du débat éthique que suscitent ces perspectives, une autre question non résolue concerne la plasticité du corps biologique, souligne Bernard Andrieu, professeur d'épistémologie du corps et des pratiques corporelles à l'université Henri-Poincaré de Nancy. Jusqu'à quel stade l'implantation d'éléments extérieurs dans un être vivant relève-t-elle de l'hybridation, à partir de quel stade devient-elle aliénation ? Autrement dit : quel est le degré d'adaptation du programme biologique au programme technologique ?" S'il situe dans un avenir lointain l'amélioration de nos capacités cérébrales les plus élaborées (calcul, pensée), cet expert considère comme acquise à court terme l'augmentation de nos capacités sensorielles.

"En 2020, avoir une caméra surpuissante à la place de l'oeil est tout à fait imaginable. De même pour l'ouïe et peut-être pour l'odorat", estime-t-il. D'abord élaborées pour ceux qui présentent un handicap sensoriel, ces prothèses internes surpassant la nature pourraient ensuite être convoitées par tout un chacun. La normalité d'aujourd'hui deviendra alors le handicap de demain, et l'oeil humain le plus performant une machine obsolète... Mais qui, pour ce corps technologiquement suréquipé, se chargera du service après-vente ?

Catherine Vincent



Les robots mèneront-ils les musiciens à la baguette ?

LE MONDE | Article paru dans l'édition du 25.05.08.


Un robot industriel à la tête d'un orchestre... Pourra-t-on bientôt s'offrir à moindres frais la direction d'un grand maître "incarné" par un simple bras articulé muni d'une baguette ? S'agit-il d'un moyen d'immortaliser la battue de chefs d'orchestre célèbres ?

Le 17 mai, l'expérience a été réalisée à la Cité des sciences et de l'industrie de La Villette, à Paris. Un bras articulé fabriqué par Fanuc Robotics y a dirigé les neuf musiciens d'Urban Orchestra. Au programme : Andante festivo, de Sibelius, et Danses roumaines, de Bartok, suivis d'une rencontre avec le groupe électroacoustique Something à la Mode.

La machine, conçue à l'origine pour l'industrie automobile, a-t-elle fait ses preuves en troquant le chalumeau pour la scène ? Oui. Et non. L'aptitude du robot à manier la baguette avec dextérité, souplesse et précision ne fait pas de doute. De même pour la reproduction fidèle d'une battue de la main humaine. Pourtant, le manque est là - celui de la présence d'un chef en chair et en os. Il est donc hors de question de parler de concurrence. D'ailleurs, les concepteurs du spectacle n'y pensent même pas. Leur objectif est à la fois plus modeste et plus utile.

Pour l'artisan de ce projet, Pascal Gautier, il s'agit bien d'un nouveau moyen de démocratiser la musique classique en facilitant l'organisation de concerts. "Obtenir la présence physique d'un grand chef n'est à la portée que d'un très petit nombre d'orchestres", note-t-il. Violoniste professionnel en mal de contrats, il cherchait un moyen de continuer à se produire. Désormais conseiller technologique en réalité virtuelle à Laval, il joue sur les deux cordes de son arc.

"Je voulais aussi trouver un moyen d'attirer les jeunes vers la musique classique", explique-t-il. Se transformant lui-même en chef d'orchestre, il a enregistré sa battue à l'aide d'un système de capture de mouvements qui a transcrit ses gestes en informations numériques. Transmises chez Fanuc Robotics France - qui cherche à améliorer l'image de la robotique auprès des PME -, ces données ont été incorporées dans le programme du bras articulé par Laredj Benchikh, expert en robotique industrielle.

Pascal Gautier se dit satisfait du résultat. Sans occulter les limites du système, ni oublier que "l'essentiel du travail d'un chef d'orchestre se déroule pendant les répétitions". Cela ne l'empêche pas de rêver à des prestations simultanées : un grand chef à New York et un robot à Laval jouant de concert...

Michel Alberganti



Commenter cet article

venousto 02/03/2009 17:05

http://phebus.journalintime.com/forum/2006-05-02-zero
ma pensée
ca va beaucoup plus loin
que juste pas veillir